Did you know we have an international section? Click here to read our news in your english!
X

Accedi

Esteri, Esteri

Corruzione, arrestati ceo e alti funzionari Kenya Pipeline Company

Scomparsi oltre 21 milioni di litri di carburante
fonte: AGV - Agenzia Giornalistica il Velino/Faapa
di Redazione

Il direttore generale della Kenya Pipeline Company (KPC) Joe Sang e diversi alti funzionari dell’azienda sono stati arrestati dal Criminal Investigation Department (5DCI) per un presunto scandalo di corruzione e la scomparsa di oltre 21 milioni di litri di carburante. Tra gli arrestati, la segretaria dell’azienda, Gloria Khafafa, e il responsabile degli acquisti, Vincent Cheruiyot. L’arresto dell’amministratore delegato della società è avvenuto solo 2 giorni dopo aver inviato una lettera al Consiglio di amministrazione in cui comunicava che non avrebbe richiesto una proroga del suo mandato, scaduto nell’aprile 2019. La Kenya Pipeline Company è al centro di diversi scandali finanziari.

Ad ottobre, il direttore del DCI George Kinoti aveva convocato Sang, il direttore del consiglio di amministrazione John Ngumi e altri cinque funzionari sullo scandalo del molo petrolifero di Kisumu, stimato a 1,8 miliardi di scellini (circa 10,8 milioni di dollari).  L’azienda statale è stata recentemente interrogata sui 48 miliardi di scellini del progetto di miglioramento del gasdotto Mombasa-Nairobi Line 5, che è stato assegnato alla società libanese Zakheem Limited. Nel maggio scorso, i detective della Commissione etica e anticorruzione hanno perquisito le case e gli uffici del personale della Kenya Pipeline Corporation nell’ambito di un’indagine sulle accuse di frode.

Le directeur général de la Kenya Pipeline Company (KPC), Joe Sang, et plusieurs hauts responsables de la compagnie ont été arrêtés, vendredi matin, par des éléments de la Direction des enquêtes criminelles 5DCI) pour un présumé scandale de corruption et la disparition de plus de 21 millions de litres de carburant, que KPC avait prétendument renversé ou volé par des vandales, rapporte le journal  “The Standard”.

Parmi les responsables arrêtés figurent la secrétaire de la société, Gloria Khafafa, et le responsable des achats, Vincent Cheruiyot. Les arrestations qui ont commencé tôt vendredi font suite à des enquêtes approfondies menées par la DCI sur la disparition de carburant dans la jetée pétrolière de Kisumu. L’arrestation du DG de la compagnie intervient 2 jours seulement après que ce dernier ait remis une lettre au Conseil d’administration dans laquelle il notifie qu’il ne demandera pas une prolongation de son mandat qui expire en avril 2019. Dans sa lettre, M. Sang a indiqué que “pour des raisons personnelles”, il ne demanderait pas une prolongation de son mandat, ce qui met effectivement fin à son mandat difficile au CPK.

La Kenya Pipeline Company est au coeur de plusieurs scandales financiers estimés à plusieurs milliards de shillings cette année. En octobre, le directeur de DCI, George Kinoti, avait convoqué M. Sang, le directeur du conseil d’administration, John Ngumi, et cinq autres responsables pour enregistrer des déclarations sur le scandale de la jetée de pétrole de Kisumu, estimé à 1,8 milliard de shillings (environ 10,8 millions de dollars). La société d’État a récemment été interrogée sur le projet d’amélioration du pipeline de la canalisation 5 Mombasa-Nairobi, d’une valeur de 48 milliards de shillings, dont l’appel d’offres a été attribué à la société libanaise Zakheem Limited.

En mai encore, des détectives de la Commission pour l’éthique et la lutte contre la corruption ont perquisitionné les domiciles et les bureaux du personnel de Kenya Pipeline Corporation dans le cadre d’une enquête sur des allégations de fraude. Les enquêteurs se sont rendus au domicile de l’ancien directeur général Charles Tanui, directeur général des finances, Samuel Odoyo, et Amina Juma des marchés publics à Nairobi, à la recherche de documents concernant la prétendue fraude liée à la fourniture de 647 millions de shillings de vannes de puits.