Did you know we have an international section? Click here to read our news in your english!
X

Accedi

Esteri, Costa d'Avorio

Banca Africana per lo sviluppo realizza nuovo strumento per valutare resilienza

La valutazione avviene secondo sette criteri chiave: l'inclusione politica, la sicurezza, la giustizia, l'economia, la coesione sociale, il contagio regionale e il cambiamento climatico.
fonte: AGV - Agenzia Giornalistica il Velino/FAAPA
di AGV - Agenzia Giornalistica il Velino/FAAPA

La Banca africana per lo sviluppo ha realizzato un nuovo strumento per la diagnosi delle situazioni di fragilità, che tiene conto delle capacità dei paesi interessati e delle pressioni di ogni tipo che possono trovarsi ad affrontare. Lo ha dichiarato l’istituzione stessa in una nota all’AIP. Conosciuto in inglese come Country Resilience and Fragility Assessment (CRFA), questo strumento è stato sviluppato dopo un lungo processo di consultazione e convalida. Il CRFA sostiene, in un modo completamente nuovo, la valutazione della resilienza e della fragilità del paese secondo sette criteri chiave. Questi sono l’inclusione politica, la sicurezza, la giustizia, l’economia, la coesione sociale, il contagio regionale e il cambiamento climatico.

“La creazione della CRFA rappresenta un significativo passo avanti nella valutazione della fragilità, che è una realtà non sempre facile da identificare o percepire. Introducendo per la prima volta i concetti di ‘capacità’ e ‘pressioni’, questo nuovo strumento apporta maggiore rigore ed efficacia alla valutazione della resilienza e della fragilità, soprattutto perché tiene maggiormente conto del contesto nazionale”, ha spiegato Sibry Tapsoba, direttore dell’Ufficio di coordinamento per gli Stati in transizione (RDTS).

Prima di ottenere il via libera dal Consiglio di amministrazione della Banca africana per lo sviluppo ad Abidjan martedì scorso, il CRFA, che si basa su un solido lavoro di raccolta dati, è stato sottoposto a diversi test di affidabilità ed efficienza, condotti sotto l’egida dell’Ufficio di coordinamento degli Stati in transizione, con il supporto dei dipartimenti di statistica e di mobilitazione delle risorse della Banca.

La Banque africaine de développement a mis au point un nouvel outil pour le diagnostic des situations de fragilité, qui tient compte des capacités dont disposent les pays concernés et des pressions de toutes sortes qu’ils peuvent subir, annonce l’institution dans un communiqué transmis à l’AIP. Dénommé en anglais Country Resilience and Fragility Assessment (CRFA), cet outil voit le jour à l’issue d’un long processus de consultations et de validation. Le CRFA préconise, de manière totalement inédite, d’évaluer la résilience et la fragilité des pays, selon sept critères clefs. Il s’agit de l’inclusivité politique, de la sécurité, de la justice, de l’économie, de la cohésion sociale, de l’effet de contagion régionale et le changement climatique.

« La création du CRFA représente une avancée significative dans l’évaluation de la fragilité, qui est une réalité pas toujours facile à cerner, ni à percevoir. En introduisant pour la première fois les notions de « capacités » et de « pressions », ce nouvel outil apporte plus de rigueur et d’efficacité dans l’évaluation de la résilience et de la fragilité, notamment parce qu’il prend davantage en compte le contexte national », a expliqué le directeur du Bureau de coordination des États en transition (RDTS), Sibry Tapsoba.

Avant d’obtenir le feu vert du Conseil d’administration de la Banque africaine de développement, mardi, à Abidjan, le CRFA, qui s’appuie sur un solide travail de collecte de données, a fait l’objet de plusieurs tests de fiabilité et d’efficacité, menés sous l’égide du Bureau de coordination des États en transition, avec l’appui des départements de la Statistique et de la Mobilisation des ressources de la Banque.Outre l’évaluation de la résilience et de la fragilité, le nouvel outil devrait s’avérer un levier efficace de plaidoyer et de communication, qui améliore et renforce le dialogue permanent entre la Banque et ses pays membres régionaux. Il permet également d’anticiper les crises, grâce à un mécanisme d’alerte précoce.Pour l’ensemble de la communauté des partenaires au développement, la création d’un nouvel outil d’évaluation de la fragilité et de la résilience représente une contribution à l’effort de recherche d’une plus grande efficacité dans les interventions de la Banque.

Avec son approche intégrée et transversale, le CRFA permet de mieux appréhender toutes les dimensions de la fragilité, y compris les moins évidentes, et d’y apporter ainsi les réponses les mieux adaptées en matière de renforcement des capacités et de résilience des pays.

Notizie correlate